Rejoignez-nous sur le site Helloasso et contribuez à l'acheminement d'une mallette pédagogique à l'Ecole "Les Flamboyants" de Mopti.

Cadre géographique et économique

Le Mali est un pays enclavé situé en zone sahélienne (climat de plus en plus sec vers le Nord, tendance à la désertification). Les conditions de développement sont difficiles : selon l'indicateur du développement humain, calculé en fonction de trois critères : longévité, instruction et niveau de vie, il est classé au 182ème rang mondial, sur un total de 187 pays (PNUD, 2013). Le Mali est l'un des pays les plus pauvres du monde.

Pourtant, il possède d'importantes richesses. Ses principales exportations sont l'or, le coton, les ovins et les bovins.

L'or prend la place de premier produit à l'exportation, avant le coton, qui fournissait jusqu'alors la moitié des devises du pays. Le Mali est le troisième producteur d'or africain après l'Afrique du Sud et le Ghana.

Le coton, principale culture commerciale, fournit au pays près de la moitié des recettes d'exportation. Il est cultivé dans le sud et dans l'ouest du pays.
Mais au Mali comme dans les pays du Sud les prix payés aux producteurs de coton sont laminés par les subventions versées à ceux des pays du Nord. En revanche, les importations de pétrole et de biens manufacturés suivent la hausse des cours mondiaux.

L'élevage est la troisième source d'exportation du Mali. Près de 70 % de la superficie des terres lui sont consacrés. Le cheptel bovin malien est le plus important d'Afrique de l'Ouest.
L'agriculture est fondamentale pour le Mali, faisant vivre près de 75 % de la population. Elle lui rapporte près de la moitié du revenu national et les trois quarts des revenus d'exportation grâce au coton, à l'élevage, aux fruits et légumes. Le développement du Mali est tributaire de son agriculture.

En 1992, le Gouvernement malien a opté pour une politique de développement décentralisée, stratégique pour le développement du Mali, qui a permis de transférer certaines compétences de l'Etat vers les communes. Mais les moyens financiers ne sont pas suffisants pour mettre en œuvre cette politique.

Parallèlement, on a vu l'émergence de nombreuses associations communautaires s'investissant dans deux domaines clés du développement social : la santé et l'éducation. Mais ces associations ont du mal à assumer leurs missions, qui reposent sur le bénévolat.